1987 - 1990

A l'occasion des jeux de Jean et Alice à Wavre (Belgique) de 1987, un groupe de danseurs et danseuses, recrutés un peu au hasard des écoles de danses et du bouche à oreille, décident de poursuivre, dans l'enthousiasme des jeux, une activité de danses folkloriques.

Après quelques mois de fonctionnement à tâton, où l'on aborde tous les genres, d'Israël au square-dance en passant par la Grèce, la Saltarelle de Wavre prend conscience qu'un groupe ne peut, à moins de sombrer dans la médiocrité, butiner dans tous les répertoires de danses, sans projet, sans objectif.

Les nombreux stages suivis par quelques-uns de ses membres les plus actifs, renforcent cette idée. Pourquoi rechercher l'exotisme alors que notre propre histoire, notre propre culture est si riche et en plus si méconnue.

Le groupe aborde alors les contredanses wallonnes. Quoique répandues dans toute l'Europe occidentale, ces danses font partie de notre patrimoine et méritent d'être sauvées de l'oubli. Ces danses, un peu techniques, du XVIII ème siècle, se sont pratiquées dans les salons, bals bourgeois et sont finalement devenues populaires en se simplifiant. Les musiques de danses sont tout à fait remarquables.

Plus difficile qu'il n'y paraît, le groupe prend alors l'initiative de s'entourer de musiciens amateurs. La musique préenregistrée est pratiquement introuvable. Il nous reste des partitions, bien souvent une seule voix, et les talents de notre arrangeuse, Claudine Goche, est indispensable.

 

1991 - 1992

Les jeux de Jean et Alice en 1991 sont de nouveau l'occasion pour le groupe d'affirmer sa vocation régionale au service de la ville de Wavre.

Les fêtes du Roi au Heysel en 1991 sont non seulement l'occasion de faire valoir les compétences du groupe en Belgique, elles sont aussi le lieu d'un rapprochement avec la Compagnie du Stoffé défendant la tradition gastronomique à Wavre. Rassembler les compétences et les moyens pour produire des spectacles de qualité, tel est l'objectif.

En 1992, le groupe est invité en France, dans le Gers (Gascogne), et c'est le prétexte de monter la première version de l'Arbre de May. Ce fut non seulement l'occasion de rencontres chaleureuses, mais aussi de renforcer la cohésion du groupe et de se découvrir de nouvelles ambitions artistiques.

Au retour commence une préparation technique plus professionnelle, grâce à la collaboration régulière avec Marc Malempré, musicien, historien et chorégraphe des danses wallonnes.

 

1993

C'est ainsi que le 13 février 1993, la Saltarelle organise avec des groupes amis, les Infants du Catiau de Tournai et le Quadrille des Fresnes de Namur, la première Rencontre de Danses Anciennes et Traditionnelles Wallonnes de Wavre.

Succès au rendez-vous puisque pour la première édition, cette initiative rassemble 500 personnes au Centre Culturel d'Ottignies. Et budget bouclé, à la demande pressante de tous les spectateurs, ce spectacle sera réorganisé avec d'autres groupes en 1994.

1994 - 1996

Le 23 avril 1994, organisation de la deuxième rencontre avec au programme, la Saltarelle de Wavre, dans un répertoire du XVIII ème siècle et une suite de danses ardennaises du XIX siècle, dans des chorégraphies de Marc Malempré. Les Pas d'La Yau de Quevaucamps sont nos invités et présenteront en final un tableau groupé du XVIIIème siècle. 32 danseurs en costumes d'époque, sur une scène professionnelle magnifiquement éclairée: une merveille, le Oh étouffé de toute une salle était là pour en témoigner.

Comme tous les groupes amateurs, où la discipline est librement acceptée et l'autorité assurée naturellement sans contraintes d'aucune sorte, la Saltarelle passe par une période de désengagement. Fin 94, un appel est lancé à travers les journaux locaux afin d'assurer la relève et miracle, de nouvelles recrues jeunes et volontaires viennent partager notre enthousiasme et profiter de notre expérience. Sang jeune mais aussi compétence remarquable qui ne vient en rien, au contraire, dégrader la qualité artistique du groupe. Temps d'arrêt d'un an, néanmoins afin de permettre une mise à niveau des nouveaux. Et c'est une période d'intense préparation qui commence, sur des danses de la Renaissance, que nous préparerons pour le spectacle de la Loriette, chorale wavrienne, le 21 octobre 1995.

Suite au succès mérité, la Saltarelle organise le 23 mars 1996, avec en invité le groupe " Figurez-moi ça " d' Erquelinnes et la chorale Testaccio-Belgique, une représentation centrée sur la Renaissance et les danses populaires du XIXème siècle. C'est la troisième rencontre de danses et musiques traditionnelles wallonnes. Ce spectacle prélude à une nouvelle dynamique, celle de la collaboration entre plusieurs groupes wallons afin de réunir suffisamment de compétences et de moyens humains pour présenter en Belgique ou à l'étranger des spectacles de très haute qualité. Idée chère à Marc Malempré et défendue depuis des années par la Saltarelle, qui contrairement aux autres groupes, ne pense pas en terme de concurrence régionale (sans objet et stérile) mais plutôt en terme de défense et de promotion de la danse ancienne et traditionnelle wallonne, quitte à partager avec discrétion un succès collectif.

Dans la foulée de cette collaboration, la Saltarelle épaule le groupe "Figurez-moi ça" dans sa tournée au Nord du Portugal invité par le groupe local Etnográfico de Vila Praia de Âncora, , puis en août à Tours en France, au bord de la Loire.

1997-1998

En 1997 ( et puis 1998), la Saltarelle est invitée à Lessines dans le cadre de la 414 ème commémoration du Festin de 1583, parmi bien d’autres prestations.

Mai 1998, participation au Festival International de danses folkloriques du Brabant wallon. C'est la première fois que la Saltarelle est confrontée aux groupes quasi professionnels des tournées internationales. Sans déparer malgré une aide officielle des autorités wallonnes totalement inexistante.

21 juin, support au groupe hennuyer dans le Nord de la France pour les feux de la St Jean, 24 juillet, prestation dans le cadre d'un colloque de l'ULB, 6 septembre Lessines, 20 septembre, les fêtes brabançonnes à Rebecq, l'ouest du Brabant wallon, organisées par la "jeune Province".

Le spectacle de la Renaissance est fin prêt et les costumes plus chatoyants que jamais avec un souci jamais pris en défaut de respect de la réalité historique. Le temps est passé si vite que la Saltarelle en a oublié de fêter son dixième anniversaire. Partie remise pour les 20 ans ?

 

1999-2003

16 ans déjà et Elle est toujours là, grâce à un noyau de fidèles à toute épreuve et qui bonifie par un travail constant. 100 fois sur le métier ...

La Saltarelle a approfondi ses techniques, ses connaissances et la modularité de ses spectacles pour répondre aux besoins des organisateurs et à ses propres ressources. Comme prévu elle a oublié de fêter ses quinze ans.
Lessines et sa fête du Festin est devenu un rendez-vous annuel.

Les danses de la Renaissance bien dans les jambes, elle a retrouvé depuis quelques mois le goût de produire des spectacles du XIX e siècle. Nous vous en reparlerons

 

2004-2007

Et voilà ... les 20 ans sont bouclés.

La Saltarelle est partie à la conquête du monde. Invitée au festival de Nîmes et du Gard 2004 (près du fameux pont), l'année suivante en Isère 2005 (France) et enfin en 2006 en Ecosse (Aberdeen). De quoi faire le plein d'amis et surtout de pouvoir en 2007 rassembler suffisamment d'amis pour organiser elle-même son premier festival international au travers de l'association macadanse asbl et épaulée par les pouvoirs locaux, la ville de Wavre, ses élus et l'administration communale.